Tout savoir à propos du médiateur d'assurance

Dans les entreprises et sociétés, les différences ne manquent pas. Ainsi dans une situation de litige, recourir aux procédures judiciaires est nécessaire. Cependant, il existe un moyen pour contourner cette démarche longue et stressante. Il s'agit d'avoir recours à un médiateur d'assurance. Vous vous demandez bien ce que c'est. La suite de cet article vient lever le point d'ombre sur cette question.

Que peut-on comprendre par médiateur d'assurance ?

Comme sus évoqué, le médiateur d'assurance est une personnalité qui intervient dans le règlement pacifique de litige entre un consommateur et une entreprise ou encore un particulier à un intermédiaire d'entreprise. Cela intervient dans le but de trouver une solution le plus rapidement aux deux parties opposées sans toute fois emprunter le chemin juridique. C'est un service totalement gratuit qui permet au médiateur de travailler en toute liberté et indépendance. Ceci dit, cette personnalité ne devrait en aucun cas faire partir de l'entreprise ou de la société ; cela permet d'obtenir un résultat transparent et impartial. Car dans ce contexte, il apparaît comme juge et se doit de gérer le problème sans heurter l'un des camps. Il ne doit donc pas jouer en faveur d'un parti au détriment de l'autre pour faire régner la justice. De même, cette personne jouant le rôle d'intermédiaire n'est pas choisie au hasard, mais par un vote à l'unanimité des deux partis. Son mandat s'allonge sur 3 ans. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Les conditions pour avoir recours à un médiateur d'assurance

Pour avoir recours au médiateur, il faut d'abord que l'assuré ait au préalable tenté de résoudre son problème avec son assureur . Ceci en lui adressant une réclamation écrite compte tenu des modalités qui figurent dans son contrat. Il peut alors avoir recours au médiateur dans le cas où ses attentes ne sont pas satisfaites ou quand l'assureur ne lui aurait pas répondu pendant une période de 2 mois. Cependant, le médiateur ne pourrait intervenir si l'affaire était déjà traité ou en cours de traitement judiciaire ou si la demande de l'assuré était abusive.